#16 Automne 2018/Hiver 2019

Au sommaire

LA CAUSE DES FEMMES : En 2011 apparaît un ovni de librairie. Une copieuse revue de plus de 300 pages renfermant autant, sinon plus, de photographies. Une revue de grands reportages qui choisit alors de raconter le siècle en images.A l'origine, le pari est double. D'un côté, s'écarter d'un photojournalisme qui, soumis aux impératifs d'immédiateté, tend à s'uniformiser. De l'autre, se distinguer des belles revues de photographie par la force du récit.
En faisant dialoguer les mots et les images, 6{Mois} se veut aussi un trait d'union entre les continents.
Aux lecteurs, elle propose de porter le regard plus loin.
Aux auteurs, photographes et journalistes du monde entier, elle offre un espace où peuvent s'exprimer leurs regards, leurs sensibilités. Deux fois par an, l'insatiable curiosité des premiers rencontre l'énergie féconde des seconds.
Sept ans après sa naissance, {6Mois} vient de traverser une crise qui aurait pu l'emporter. De graves difficultés financières ont frappé Rollin Publications, la société qui éditait ce titre ainsi que la revue {XXI}.Ces difficultés n'étaient pas liées à un quelconque désamour des lecteurs, {6Mois } et {XXI} se portaient bien. Mais le lancement par le même éditeur du magazine {Ebdo} et son échec à peine quelques mois plus tard ont ébranlé l'ensemble des titres. Les fondateurs ont donc passé la main. {6Mois} et {XXI} sont désormais sous la responsabilité de {la Revue Dessinée} et de la revue {Topo}, associés aux éditions du Seuil.
Le mariage est naturel. Différents dans la forme, ces titres sont très proches dans l'esprit. Ils ont en commun un rapport au temps apaisé, une exigence de qualité, tant éditoriale que graphique, et une certaine vision du journalisme : humain, patient, engagé. La promesse que formulait {6Mois} dans son tout premier numéro - authenticité, pertinence, singularité - n'a pas changé, pas plus que les valeurs qui sont les siennes.
L'indépendance, d'abord. 6Mois ne passe pas sous le pavillon d'un grand groupe, elle rejoint une petite maison d'édition. L'absence de publicité, ensuite.
Mettre la photo à l'honneur, c'est refuser de l'utiliser comme faire-valoir de contenus commerciaux. Refuser de s'exposer à la pression des annonceurs, c'est n'avoir en ligne de mire que le soutien des lecteurs.
Ce lien n'est jamais aussi précieux que dans l'adversité : {6Mois} ne serait rien sans la communauté de passionnés qui la lisent, la découvrent, en parlent, s'abonnent.
La qualité, enfin : {6Mois } continuera à mettre en avant et en valeur le travail des meilleurs photographes dans un écrain au graphisme soigné.
Après sept années de travail formidable, Marie-Pierre Subtil, rédactrice en chef de cette revue, la quitte pour d'autres horizons. Des journalistes historiques de la rédaction reprennent le flambeau. Elles - car ce sont surtout des femmes - seront les garantes de la continuité. Avec d'autres, ce sont elles qui, année après année, ont construit et soutenu ce titre prestigieux.
Aujourd'hui comme hier, votre revue sera le fruit de leurs plumes, de leurs regards, de leur savoir-faire. L'ambition de l'équipe est intacte. Son appétit pour raconter le monde l'est aussi. En témoignent la pertinence et la puissance de ce numéro 16 sur "La cause des femmes". Avec cette parution et les suivantes, nous vous emploierons à préserver ce lien précieux qui vous unit, vous lectrices et lecteurs, à cette revue.

Franck Bourgeron,
Sylvain Ricard,
Hugues Jallon.

Édito

Le choix des bois : Matthew Hamon et sa femme élèvent leurs enfants dans le Montana, en toute liberté. Etre nus, chasser et se chauffer au feu de bois font partie de leur quotidien. L'extraterrestre : À 17 ans, Elon Musk débarquait au Canada sans le sou. À près de 50 ans, il envoie des fusées dans l'espace, construit les voitures du futur, mise sur l'énergie solaire. Jusqu'où cet entreprenru va-t-il aller ? Mises en songes : Il aime recueillir la parole des communautés qu'il croise à travers le monde et bricoler avec elles. Ses décors éphémères racontent leurs rêves, leurs défis, leurs traditions. L'enclave : Perpignan, quartier Saint-Jacques. Quelques ruelles coupées du pays. Un ghetto gitan. La première fois, Jeanne Taris s'y était juste perdue. Depuis, elle n'a cessé d'y retourner. 2018, après Jésus-Christ : Pour gagner des fidèles, les églises américaines évoluent. Cyril Abad en témoigne : on peut assister à la messe dans sa voiture, intégrer une communauté en étant athée ou découvrir la vie de Jésus dans un parc d'attractions. Le petit poucet afghan : Ghorban avait 12 ans et dormait dehors quand Olivier Jobard l'a rencontré. Le photographe l'a suivi pendant sept ans, jusqu'à ce que, devenu français, il parte retrouver sa mère en Afghanistan. Copié-Cloné : Votre chien est mort ? En Corée du Sud, la clinique Sooam Biotech propose de le cloner pour la modique somme de 100 000 dollars. Alberto Giuliani a passé trois jours dans ses laboratoires. A bonne distance : Quand il photographie, Jean Gaumy est là, mais pas trop près, pour ne pas perdre en justesse. Il observe, à l'affût, et en toute subjectivité. Sauve-toi, Maggie : En 2012, Sara Naomi Lewkowicz suit le quotidien d'un jeune couple, dans l'Ohio, quand elle assiste à une scène que l'on ne voit jamais : Shane frappe violemment Maggie. Depuis, la photographe n'a pas lâché cette jeune femme. La brûlure : Dans certains villages du Cameroun, des mères brûlent les seins de leurs filles pour les protéger des agressions sexuelles. Heba Khamis a assisté à ce rituel douloureux. Femmes Battantes : Le mouvement Ni Una Menos est né en 2015, après une série d'assassinats de femmes. Depuis, les Argentines sont vent debout contre les violences machistes. Karl Mancini est à leurs côtés dès les premiers jours.

Les auteurs

Les photographes

25,50€

Découvrez nos autres numéros

#18 Automne 2019 / Hiver 2020

#18 Automne 2019 / Hiver 2020

26,00 €

#17 Printemps/Été2019

#17 Printemps/Été2019

26,00 €

#16 Automne 2018/Hiver 2019

#16 Automne 2018/Hiver 2019

25,50 €

#14 Automne 2017/Hiver 2018

#14 Automne 2017/Hiver 2018

25,50 €