La dame en rouge

la-dame-en-rouge

Une femme soufie médite à l’aube devant la mosquée bleue de Mazar-e-Charif, dans le nord de l’Afghanistan.



« Nous sommes fin novembre 2019 et il ne fait pas beau, mais je veux absolument faire une belle photo de cet incroyable bâtiment. Alors je m’y rends tous les matins au lever du soleil. Un jour, il y a cette femme vêtue de rouge, raconte le photographe londonien Tariq Zaidi. Il fait un froid glacial. Le sol de marbre est congelé. Les chaussures ne sont pas autorisées. J’ai l’impression de marcher sur de la glace en chaussettes, c’est absolument insupportable. Cette femme, elle, reste assise au sol à méditer pendant plus d’une demi-heure. Et par sa seule présence, elle se bat. »



Le soufisme – forme mystique de l’Islam qui met l’accent sur la recherche intérieure de Dieu – a longtemps été très pratiqué en Afghanistan. Avant d’être considéré comme hérétique par les talibans et violemment réprimé.



« Juste après cette photo, elle s’est mise à danser le Sama », la danse faite de mouvements rotatifs est souvent associée aux derviches tourneurs. « Forcément, elle détonne : les fondamentalistes, qui contrôlent encore une grande partie du pays, n’aiment pas voir une femme danser qui plus est une soufie devant l’un des lieux les plus importants de l’islam dans le pays. »



Depuis 2001, 175 000 personnes ont été tuées dans le pays. L’année dernière, l’Afghanistan a été classé pays le plus dangereux du monde par le Global Peace Index Report devant la Syrie. Loin des affres des guerres, Tariq Zaidi, lui, a lancé un projet photographique qui donne à voir un autre Afghanistan. « Quand on regarde les images publiées ces dernières décennies dans les médias sur le pays, il ne s’agit presque que de tueries, d’attentats, de morts, déplore le photographe. Moi je voulais documenter le quotidien de 38 millions d’Afghans. » 



Sur ses photos, des hommes cuisent du pain, fument dans un bar, vendent des poules sur le marché ou s’adonnent à une partie de bouzkachi – sorte de jeu de polo où la balle est une carcasse de chèvre –, le sport national afghan. Et une femme immobile médite sur l’esplanade glacée d’une mosquée.



Camille Drouet



Vous pouvez retrouver le travail de Tariq Zaidi sur son compte Instagram ou son site Internet.


Partager