Devenir soi

devenir-soi

« Zak, 12 ans,  jouait avec son petit frère Kade, quand Kade est tombé. Il ne s’était pas vraiment fait mal, mais il pleurait. Alors Zak l’a pris dans ses bras, comme un adulte aurait pu le faire, comme un parent » se rappelle Annie Tritt, photographe américaine : « Les réglages sur mon appareil n’étaient pas du tout bons mais j’ai pris la photo quand même, car ça parlait tellement de Zak, de la personne qu’il est. »



Quelque mois plus tôt, Zak avait annoncé à sa mère qu’il était un garçon. Né dans le corps d’une fille, il avait compris après une période de réflexion qu’il était transgenre : « J’étais si content ! C’était comme si j’avais enfin trouvé ma place. » La famille de Zak l’a accueilli sans hésiter. « Le genre de Zak n’a aucune importance » dit Mish, sa mère : « Personne devrait être défini par son genre, mais seulement par ses pensées et ses gestes. Zak est fort, compatissant, merveilleux. Il sera un mari/partenaire extra. Je suis fière de lui. » 



Malheureusement la vie des jeunes transgenres n’est pas toujours aussi heureuse. Près de 50% des adolescents transgenres tentent un suicide avant leur vingtième anniversaire. « Tout se joue au sein des familles et à l’école : si l’enfant est soutenu, aimé, les tentatives de suicide diminuent considérablement », affirme la photographe, elle-même transgenre non-binaire, c’est-à-dire sans identité définie. Elle connaît bien la peur, la violence, la honte qui entourent la vie de ces jeunes et se bat pour que les choses changent. 



Mi-juin 2020, les États-Unis ont supprimé un règlement qui protégeait les patients transgenre des discriminations des médecins, des hôpitaux et des compagnies d’assurance maladie. Annie Tritt appelle à se battre, à défier les discours existants sur l’identité, pour faire advenir un monde « où les gens sont libres d’être eux-mêmes dans toute leur complexité ». La photographe insiste : « Les enfants comme Zak, capables d’accéder à de si profondes réflexions à leur jeune âge, deviennent des personnes très sensibles et attentives aux autres. Tout comme Zak avec le petit Kade. On devrait juste comprendre qu’on a besoin de plus d’hommes comme Zak dans nos sociétés ! »



Martina Bacigalupo



 



Cette image fait partie de la série Transcending self. Le travail d’Annie Tritt est à découvrir sur son site et sur son compte Instagram.


Partager