Irlande, le tournant

irlande-le-tournant

« Je suis à Cork, dans le sud de l’Irlande, en 2017. Je couvre la procession eucharistique annuelle. Pendant l’homélie de l’archevêque, les gens se mettent à prier. Je repère un homme dans ses habits du dimanche, à genoux. Ce qui est frappant, c’est qu’il est seul. Quelques années plus tôt, tout le monde aurait été agenouillé. Je me dis que quelque chose est en train de changer. Les scandales qui ont frappé l’église ont terni son image et atténué la ferveur catholique. »

Olivia Harris, anglaise d’origine irlandaise, se rend en Irlande pendant la campagne du référendum sur l’avortement. « J’étais dégoutée à l’idée que des femmes ne puissent pas décider de leur propre corps et j’ai voulu témoigner de leur lutte. » Elle suit la campagne des « pro-choix », qui critiquent la posture morale de l’église catholique, alors même que pendant des années des prêtres tous puissants ont abusé d’enfants et que pendant des jeunes filles ont été enfermées dans des couvents, travaillant sans salaire, pour expier une grossesse ou une prétendue vie dissolue. Elle accompagne aussi ceux qui défendent le « droit du fœtus à la vie », même au prix de la mort de la femme qui le porte, comme c’était arrivé à une femme de 31 ans, elle-même médecin, en 2012, une histoire qui avait bouleversé l’Irlande. « L’enjeu était énorme. Il ne s’agissait pas juste de changer une loi, mais de redéfinir l’identité d’un pays. »

La photographe monte dans un bus « pro-vie » qui traverse le pays. Des militants anti-avortement brandissent des pancartes géantes avec des images de fœtus ensanglantés qu’ils montrent à chaque étape. À un moment des policiers leur interdisent de montrer davantage ces « images obscènes ». « À ce moment là j’ai compris que les choses étaient en train de changer. »

En avril 2018 les Irlandais votent. Contre toute attente, le camp « pro-choix » l’emporte plus de 66%. « On ne s’attendait pas à ce résultat car plein de gens restaient discret sur leur vote, pour éviter d’être jugés ! C’était un moment vraiment extraordinaire, un grand bout d’Histoire ! »

La vieille Irlande de l’homme agenouillé de Cork s’estompe. Place à une nouvelle Irlande, toujours aussi irlandaise mais plus libre.



Martina Bacigalupo



Cette image est issue de la série « Blessed be the fruit. The holy war on Irish wombs » (Le fruit de vos entrailles, la guerre sainte contre les ventres irlandais), parue dans 6Mois 17, disponible sur notre boutique en ligne


Partager