La baignoire

la-baignoire

« Allez, dans la cuve ! » crie Ben, 80 ans, à ses deux frères, Herman et Egbert, de 73 et 66 ans. Tous les trois sautent dans la bassine en zinc du jardin. Après la photo, les frères restent deux heures à bavarder dans l’eau. Ils ne s’étaient pas vus depuis dix ans. « C’est Ben qui a eu l’idée de cette image », se souvient Hanne Van der Woude, photographe néerlandaise.



Hanne rencontre Ben quatre ans plus tôt, à Arnhem, à l’est des Pays Bas. Alors qu’elle fait des portraits dans la rue, elle aperçoit Ben et lui demande l’autorisation de le prendre en photo. Ils se voient chez lui dans les jours qui suivent : « Je découvre une petite maison au milieu des arbres, remplie de fleurs, de dessins, d’objets divers, de poules… même une pintade » raconte Hanne. « Et puis au milieu d’une pièce en désordre, j’aperçois de dos une vieille dame minuscule et très affairée qui me lance, sans se retourner : “Tu veux bien allumer la lumière ou t’es trop paresseuse ?” ». Séduite par la franchise d’Emmy et la générosité de Ben, Hanne commence à les voir souvent.



Ce couple d’octogénaires s’était rencontré cinquante ans plus tôt dans la fonderie de bronze que Ben avait ouvert avec ses frères et qui a bien marché jusque dans les années 60. Déjà artiste, elle était venue faire couler une pièce de bronze. Après la fermeture de l’usine, Emmy et Ben ont passé leur vie dans cette maison de la Betuwe, au sud-ouest de Utrecht, entourés d’arbres fruitiers. Elle peint. Lui se met au graphisme. Ils vivent un peu reclus.



Quelque mois après avoir rencontré Hanne, Ben décide d’aller rendre visite à son frère Egbert, parti des années plus tôt dans le sud de la France. Ils partent tous ensemble dans une voiture remplie d’affaires de camping : Ben, Emmy, Hanne et Herman. Ils retrouvent Egbert dans une cabane au sommet d’une montagne dans les Pyrénées, sans eau courante, avec un petit panneau solaire pour l’électricité. Le troisième frère les rejoint. Ce sont les grandes retrouvailles après dix ans. Les trois frères s’entendent comme larrons en foire. Baignades dans les rivières, chants en voiture : « Ensemble, ils redeviennent trois mômes. Leur énergie est contagieuse. »



Au fil des six années qu’Hanne les photographie, Ben et Emmy lui rendent la pareille : ils la dessinent. Désormais devenue un peu leur petite-fille, Hanne participe aux moments de liberté et de joie. Elle est là aussi pendant la maladie et la mort. Egbert meurt chez Ben et Emmy. Puis c’est au tour de Ben, un an plus tard. Après avoir accompagné les derniers jours des deux frères, Emmy est en maison de retraite. « Être avec eux m’a appris à accueillir le cycle des choses », dit Hanne. Ses images parlent de créativité, d’amitié, d’attention envers ceux que nous aimons et de l’art de vivre.



 



Martina Bacigalupo



Cette image fait partie de la série « Emmy’s world ».



Le travail de Hanne Van der Woude est à découvrir sur son compte Instagram et sur son site.


Partager