Le casque de Madame Stübbe

le-casque-de-madame-stubbe

Ce jour-là, Ingmar Nolting s’apprête à quitter la maison de sa tante à Minden, dans l’ouest de l’Allemagne, pour se rendre à Berlin. Le jeune photographe est resté quelques nuits chez sa parente à l’occasion d’un voyage de 9000 kilomètres à travers l’Allemagne du confinement. Au moment de partir, sa tante lui propose de l’accompagner à son rendez-vous chez sa dentiste, pour découvrir son incroyable accoutrement contre les contaminations. Ingmar accepte et il n’est pas déçu : sous son casque, Madame Dörte Stübbe ressemble à une spationaute.

« Au début du confinement, j’avais l’impression que je m’étais réveillé dans un autre monde » confie Ingmar. Il décide de prendre une voiture et témoigner de cette nouvelle réalité. Pendant des mois, il photographie des scènes surréelles : un prêtre qui dit la messe de Pâques dans un drive-in de Dusseldorf, un concert dans la Konzerthaus de Berlin vide, une séance de thérapie respiratoire sur la plage de Heiligendamm, des amoureux séparés par des grilles à la frontière avec la Suisse...

Désormais, l’Allemagne est proche des deux millions de cas de Covid-19. Le photographe, qui travaille aujourd’hui dans une des zones rouges du pays, la Saxe, constate que les gens cherchent des solutions : « La dentiste de ma tante se demandait si elle pourrait continuer son travail. Puis elle a découvert les casques suédois. » Le projet du photographe allemand, avec ses tons doux et sa lumière diffusée, raconte la suspension du monde face à ce virus, mais aussi la résilience de l’être humain. La vie continue, et madame Stübbe en est un exemple parfait !

Martina Bacigalupo



Cette image est issue de la série « Measure and Middle ».

Le travail de Ingmar Nolting est à découvrir sur son site Internet et son compte Instagram


Partager