Les femmes sphinx

les-femmes-sphinx

Lisa et Licia enseignent dans des écoles Montessori. Nées dans une famille d’agriculteurs près de Modène, en Émilie-Romagne, dans le nord-est de l’Italie, les jumelles représentent pour la photographe Valeria Sacchetti les gardiennes d’un monde précieux, à contre-courant : un territoire pétri de valeurs de gauche depuis l’après-guerre, malmené par la crise économique de 2008 et un tremblement de terre en 2012, parfois séduit par les partis populistes. Elles bâtissent des îlots de résistance, dans leurs écoles et dans leur vie quotidienne. Le compagnon de Lisa, ancien concepteur mécanique, a créé un atelier vélo pour repenser la mobilité urbaine : « Son modèle de vélo cargo fabriqué à partir de cadres recyclés se vend aujourd’hui partout dans le monde, raconte la photographe. Pour moi, cette famille est un modèle d’inventivité, de résilience et de responsabilité citoyenne. »



Valeria Sacchetti, qui a grandi dans la même région, la photographie depuis 8 ans, s’attardant sur les vieux paysans, les familles néorurales, les travailleurs sociaux et les déplacés du tremblement de terre. Comme dans un film de Fellini, ses portraits en noir et blanc racontent « le lien entre les gens et la terre » : « Dans notre région, ils ne se sont jamais rompus. » Lisa et Licia, les femmes sphinx, veillent.



Martina Bacigalupo



Cette image fait partie de la série « Journey to the lowlands ».



Le travail de Valeria Sacchetti est à découvrir sur son compte Instagram


Partager