La dernière nuit du delta

la-derniere-nuit-du-delta

Arko Datto arpente le delta du Gange. Son bateau fait escale dans plusieurs petits ports de Dacca, la capitale du Bangladesh, au sud du pays. Une nuit, obligé d’amarrer dans une forêt de bambou à cause de l’effondrement du port d’escale, Arko Datto repère un vieux monsieur sur les berges du fleuve. « Éclairé par les lumières du bateau, il se tenait sur les sacs de sable anti-inondation, seul avec ses valises et son parapluie. Je ne sais pas s’il nous attendait ou s’il venait de descendre. Il avait l’air perdu. »

Avec cette image, le photographe indien explore les conséquences psychologiques du changement climatique dans le plus grand delta du monde, dont les trois-quarts risquent d'être détruits. Une étude de l'Université de Berkeley, en Californie, a prouvé une corrélation entre le changement climatique et l’augmentation des suicides chez les agriculteurs indiens. Selon le philosophe américano-israélien Adi Ophir, qui travaille dans des zones de conflit, la menace d'une catastrophe imminente, attendue, crainte, mais peu visible, abîme durablement la santé mentale des individus. 

« Dans cette région du delta où la pauvreté règne, le niveau de la mer monte et les pratiques gouvernementales locales sont corrompues, les habitants sont maintenus dans un état de dénuement dont ils sont incapables de se dégager », explique le photographe. « Cette peur constante de tout perdre s’amplifie la nuit, quand les gens font face à l’intensité brute de la nature. Des personnes m’ont dit que parfois, elles se réveillaient le matin et des maisons ou même des villages n’existaient plus. »

Pour évoquer ce cauchemar éveillé, Arko Datto travaille la nuit. Objets et humains s’invitent dans ses images comme des apparitions : maisons submergées, bateaux bloqués dans la boue, foule de gens qui fuient, arbres abattus, processions sur la plage. Et un vieux monsieur perdu dans les bambous.



Martina Bacigalupo



Cette image fait partie de la série « Where do we go when the final wave hits ».



Le travail de Arko Datto est à découvrir sur son compte Instagram.


Partager