Les Ameriguns

les-ameriguns

Lynne, bijoutière au Texas, se dit « acheteuse compulsive ». Revolvers, carabines, armes semi-automatiques… Elle collectionne les armes à feu et pense en avoir « entre 150 et 170. » Elle les achète souvent en pièces détachées pour les monter elle-même. Lynne a appris à tirer dans le ranch de ses grands-parents. « Ma grand-mère me courait après quand je sortais, en disant : “Prends ce fusil ou tu n'iras nulle part” ».

« Est-ce vraiment si facile de se procurer des armes à feu aux États-Unis ? » Le photographe italien Gabriele Galimberti s’est posé cette question quand il a découvert que le comptable retraité qui avait tué 58 personnes pendant un concert à Las Vegas en octobre 2017, en possédait 47. « Je n’en revenais pas », dit-il.  La moitié des armes détenues par des particuliers à des fins non militaires dans le monde se trouve aux États-Unis. Plus d’une par habitant. Une arme de base coûte environ 350 dollars et dans certains états il suffit d’avoir 18 ans pour en acheter. En 2020, il y a eu 611 fusillades aux États-Unis, plus d’une par jour, pour 513 morts. En comptant les assassinats individuels et les suicides, la violence par arme à feu a tué environ 44 000 personnes.

À 11 ans, Josh, le fils aîné de Lynne, s’est déjà construit une arme de poing. « Les enfants reçoivent leur première arme de leur oncle ou leur père », raconte Gabriele Galimberti. « Je me suis rendu compte que j’étais entouré de gens avec des pistolets dans leurs poches. Flippant. » Le photographe décide dès 2017 d’y consacrer une série photographique. Pendant trois ans, il sillonne le pays, du Texas à la Californie, de la Virginie à Hawaï, à la recherche des détenteurs d’armes à feu. Blancs, noirs, hommes, femmes, républicains, démocrates, vieux, jeunes, tous s’appuient sur le deuxième amendement de 1791, voté assurer aux habitants que le gouvernement fédéral n’abuserait pas de son autorité. Amendement obsolète, mais auquel s’accroche le lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), pour que rien ne change.

Le président démocrate Joe Biden souhaite mettre fin à l’hécatombe qu’il qualifie d’« épidémie ». Il a promis qu’il demanderait au Congrès d’interdire les armes d’assaut, mais sa majorité au Sénat est courte. La NRA, avec ses 4 millions d’adhérents et sa capacité à faire pression sur les membres du Congrès, a réussi jusqu’ici à bloquer tout ce qui pourrait durcir la loi. Vent debout contre Biden, le lobby a annoncé dans un tweet du 7 avril qu’il était « ready to fight », prêt à se battre.



Martina Bacigalupo et Haydée Saberan



Cette image fait partie de la série « The Ameriguns », nominée dans la catégorie « portraits » du World Press Photo de cette année. 

Le travail de Gabriele Galimberti est à découvrir sur son site Internet et sur son compte Instagram


Partager