#31 Printemps 2021

Où acheter ?

Au sommaire

Un numéro en partenariat avec Le Réveil culturel de France culture.
- Partout, tout le temps : la vidéosurveillance a conquis le cœur des villes... et des élus. Par Clément Le Foll, Clément Pouré et Jean-Christophe Mazurie.
- La mécanique du fake : plongée dans la fabrique des fausses informations. Par David Servenay et Fabrice Erre.
- De Simeoni à Simeoni : de père en fils, ils luttent pour l'autonomie de l'île de Beauté. Par Hélène Constanty et Benjamin Adès.
- Mauvaises aires : pour les gens du voyage, les aires dites « d’accueil » portent très mal leur nom. Par Maïa Courtois et Gaspard Njock.
- La bonne planque : forts de leurs états de service, des grands flics se mettent à la solde d'entreprises privées. Par Mathieu Martinière, Robert Schmidt et Fabien Roché.
- La sémantique, c'est élastique : dans la bouche des politiques « logiciel » est devenu un poncif. Par James.
- Le campus des Saoudiens : enquête sur le SAV des marchands de canons. Par Audrey Lebel et M. Lerouge.
- Face B : on lui doit une kyrielle d'entêtantes musiques de films. Hommage à Ennio Morricone par Arnaud Le Gouëfflec et Nicolas Moog.
Et d'autres surprises à retrouver à l'intérieur !

Édito

Tout est sous contrôle. Rassurante au premier abord, la petite phrase donne le vertige si on la prend au mot. Pas un angle mort, pas une rue, pas un citoyen qui échapperait au regard des autorités. En novembre 2020, les députés ont adopté en première lecture à l’Assemblée nationale la loi Sécurité globale. Des drones aux caméras-piétons, celle-ci a vocation à renforcer les dispositifs de surveillance de la population.
La tendance n’est pas nouvelle. Depuis l’apparition de caméras dans les rues de Levallois-Perret, il y a près de trente ans, ces bijoux technologiques se sont multipliés dans l’espace public. Aujourd’hui, rares sont les villes qui y résistent. Terrorisme, pandémie… Les peurs agissent comme autant de raisons de serrer la vis. Mais déjà des voix s’élèvent, des citoyens s’interrogent. Quel est le prix à payer pour notre sécurité ? Jusqu’où sommes-nous prêts à renoncer à nos libertés pour un sentiment de sécurité ?
Faut-il se soumettre à ces yeux numériques qui suivent nos moindres faits et gestes ?
L’obsession sécuritaire touche aussi les groupes privés. En témoigne l’inquiétude du PDG de LVMH qui, pour prévenir le coup d’éclat d’une poignée de militants, s’offre les services de l’ancien chef du Renseignement intérieur, Bernard Squarcini. L’ancien grand flic s’exécute dans un drôle de mélange des genres. Dans la police, celui-ci est devenu fréquent.
En matière de défense aussi, les serviteurs de l’État se mettent à la solde d’intérêts privés. Ainsi, dans la Meuse, un campus militaire financé à grand renfort d’argent public a pu voir le jour grâce à quelques amitiés bien placées. Sa vocation ? Former les soldats d’un pays en guerre. Personne pourtant ne parvient à savoir si les officiers saoudiens sont présents.
Preuve qu’il existe encore des espaces qui échappent aux regards… Du moins, à ceux des citoyens.

Découvrez nos autres numéros

Une histoire du nationalisme corse

Une histoire du nationalisme corse

22,50 €

#30 Hiver 2020/2021

#30 Hiver 2020/2021

16,00 €

Ne parlez pas de violences policières

"Ne parlez pas de violences policières"

15,00 €

Cent mille ans - Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires

Cent mille ans - Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires

18,90 €