#4 Automne 2008

Au sommaire

Vous êtes des chasseurs de coquilles redoutables. Une erreur de traduction dans une légende du portfolio du numéro 1 a entraîné six courriers rectificatifs ! La moindre imprécision publiée dans ces colonnes suscite aussitôt un mail ou un courrier. Vous demandez des compléments, des cartes, des références supplémentaires.

Ces courriers, rares mais impérieux, sont à la mesure de votre attente. Vous avez raison. Avant leur publication, les reportages font plusieurs va-et-vient entre les auteurs et la rédaction. Nous comptons jusqu’à huit reprises de chaque article. Ce travail est indispensable pour respecter l’accord implicite qui nous lie : vous nous faites confiance, nous vous devons l’exactitude.

Le journalisme a besoin de cette exigence, alors que la circulation accélérée des informations et la réduction du temps d’enquête multiplient les risques d’erreurs. La presse américaine de référence a choisi de confier la révision systématique des articles à des spécialistes, dévolus à cet exercice : les fact checkers, littéralement « vérificateurs de faits ». Ceux-ci passent au détecteur d’erreur les textes avant publication, retrouvent les références précises, reprennent les carnets de notes des reporters, contrôlent les dates. Ils appellent parfois les témoins pour leur soumettre les propos qui vont être publiés.

En France, la pratique est peu répandue. Il est d’ailleurs difficile d’imaginer sans sourire l’effarement d’une équipe de « vérificateurs de faits » du New Yorker confrontée au cas Marek Halter, auquel Piotr Smolar consacre une enquête serrée dans ce numéro… Bonimenteur de sa propre vie, l’auteur de La Mémoire d’Abraham n’a cessé de construire son autobiographie avec des ajouts, des emprunts et des versions successives, sans que personne ou presque en France ne s’en émeuve. La fiction dure depuis trente ans. Désarmant, il répond qu’il est un prophète ! Soit. Nos rédactions auraient quand même besoin dans leurs murs de quelques Philip Marlowe, le détective de Raymond Chandler, pour traquer les mensonges de tous les papillons médiatiques attirés par la lumière.

Pourtant, les fact checkers sont plus un symptôme qu’un remède. L’enquête sur la mort de Philippe de Dieuleveult montre combien le journalisme de terrain est irremplaçable. Par trois fois, Anna Miquel s’est rendue sur place. Au cœur d’une République démocratique du Congo démantibulée, elle a passé du temps avec les anciens membres des services secrets de Mobutu. Elle a bu des bières, parlementé, perdu des heures. Elle a remonté des pistes, forcé des portes. Elle est revenue à la charge, avant de tomber sur des documents de première main. Ils apportent la preuve de la « bavure » zaïroise, couverte par la France.

Dans leurs cages de verre et leurs bureaux climatisés, les vérificateurs de faits ne remplaceront jamais ce travail au ras du sol, parmi les oubliés de l’actualité, les sans-grade et les anonymes.

Le romancier russe Vassili Grossman a écrit « Soyons attentifs à l’homme quel qu’il soit : évêque, moujik, industriel millionnaire, forçat de Sakhaline, serveur dans un restaurant : commençons par aimer, respecter l’homme. » Ce respect et cet amour sont notre idéal. L’exactitude n’est qu’un moyen d’y parvenir.
Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry
N.B. : 28 000 exemplaires vendus du numéro 3, en plein été, et le cap des 1 100 abonnés franchi. Merci à vous et aux libraires, indéfectibles soutiens.

Édito

Le diamant aux trousses : Dans la capitale angolaise où les pétrodollars coulent à flots, Papy conduit un taxi cabossé. Chauffeur d’un général de Mobutu, changeur, trafiquant de diamants, Papy a mené une vie impossible ailleurs qu’en Afrique et inimaginable dans un autre pays que l’Angola, aux prises à une terrible guerre civile pendant vingt ans. Bienvenue chez Mugabe ! : Un jeune exilé zimbabwéen décide de revenir au pays de son enfance, devenu un Etat fantôme vidé d’un tiers de ses habitants. Il retrouve ses amis, sa famille et la nomenklatura d’un régime enfermé dans une logique démente. Philippe de Dieuleveult : les crocodiles du Zaïre : Animateur de La Chasse aux trésors dans les années 1980, Philippe de Dieuleveult a arpenté l’Afrique : Tchad, Centrafrique, Zaïre… En 1985, il disparaît lors d’une expédition sur le fleuve Congo. Officiellement noyé, il a en réalité été arrêté par les services de sécurité de Mobutu et assassiné.
La France et le Zaïre ont toujours caché cette « bavure ». Les bottes blanches de Lucilia : Elle vivait entre rires et larmes, elle voulait être belle. Ses parents avaient quitté le Cap-Vert, pour s’installer à Lisbonne. Elle est morte le 18 janvier dans la prison de Fresnes. Son frère vit à Londres. Son fils à Bruxelles. Arrêtée pour trafic de drogue, Lucilia était une « mule ». Les Français à table : Tous les soirs, l’appel résonne dans des milliers de foyers. En famille, avec des amis, en solitaire, on mange. Voyage à travers les tablées françaises. Aux sources du « polar nordique » : Les polars venus du froid déferlent sur l’Europe. Comme si le crime, la misère sociale et tout leur attirail s’étaient réfugiés dans un Nord autrefois connu pour sa social-démocratie et son léger parfum d’ennui. Enquête sur un phénomène. Maladies à vendre : On apprend tous les jours l’existence et la gravité de maladies jusque-là ignorées. Que se passe-t-il ? La science progresse-t-elle ? Ou bien assiste-t-on à une vaste entreprise de marketing ? Sommes-nous victimes de ce que les Anglo-Saxons appellent le « disease mongering », la « vente des maladies » ? Les enfants du Mahatma : Près de quatre-vingts ans après la marche de Gandhi qui ouvrit la route de l’indépendance, des dizaines de milliers de sans-terre se lancent dans un périple de plus de deux cent cinquante kilomètres qui les mène jusqu’à New Delhi. Philippe Levasseur, Sébastien Daguerressar et Stéphanie Lebrun vont suivre les marcheurs de bout en bout. XXI a eu un coup de coeur pour ce documentaire produit par Babel Presse et diffusé en janvier sur France 5.
Aperçu en dix plans choisis par le dessinateur Julien Grataloup et commentés par les trois réalisateurs. Enquête sur Marek Halter. Le bonimenteur : Enquête sur un écrivain aux multiples incohérences autobiographiques. Entretien avec Michèle Perrot : Historienne, Michelle Perrot est une pionnière. Elle est de ceux qui ont redonné aux femmes leur mémoire. Plus féminine que féministe, toujours sur la brèche,
cette professeur d’université revient, pour XXI, sur la figure des femmes, d’hier à aujourd’hui. Un amour de Chine : Quand un étranger, un « white ghost », un « fantôme blanc », tombe amoureux d’une jeune Cantonaise, toutes les contradictions de la Chine se révèlent. D’un côté, le miroir de la prospérité. De l’autre, les façades décrépies, les joueurs de mah-jong et les échangeurs d’autoroute. Dans l’entre-deux, une jeune femme. En son coeur bat la Chine. En son coeur aussi bat le « white ghost ». Silencieux, les parents s’inclinent. Ils laissent leur fille s’échapper à l’étranger. Sans venir lui dire
au revoir à l’aéroport. L’énigme : Un jeune Rwandais réfugié en France publie en janvier 2008 son premier roman, Le Passé devant soi (éd. Phébus). Il est couvert d’éloges par la critique. Mais, sur le site Internet de Télérama, Gilbert Gatore tombe sur un commentaire qui le frappe en plein coeur. Et si son père avait fait partie des tueurs ?

Les auteurs

Les illustrateurs

15,50€

Découvrez nos autres numéros

#49  Hiver 2020

#49 Hiver 2020

16,00 €

#48 Automne 2019

#48 Automne 2019

16,00 €

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

23,00 €

A4 Viande : Sa dernière heure a-t-elle sonné ?

A4 Viande : Sa dernière heure a-t-elle sonné ?

14,50 €