#38 Printemps 2017

Au sommaire

LE MYSTERE TURC :

La Sublime-Porte désignait l'Empire ottoman. Elle se referme aujourd'hui sur le pays :
Emmanuel Carrère dresse le portrait de ceux qui en tiennent désormais les clés.
Thierry Oberlé a recueilli l'histoire d'une religieuse, menacée par ses voisins, qui vit cloîtrée dans son église.
Sevin Rey-Sahin a rencontré des femmes prisonnières de la tradition, mariées ou plutôt vendues par leur famille.

Mais aussi :
Récit : Les petits soldats d’Erdogan
Récit : La dernière « Rose » d’Anatolie
Récit : La marieuse d’Antioche
Portfolio : Le grand orchestre
Récit : Singapour, l’amour sur commande
Récit : Mourir à l’ombre
Portfolio : Raisins amers
« Écouter la douleur », Entretien avec Martin Winckler
Récit graphique : La possibilité d’une île.
Vécu : Le secret de « l’urinoir », par l'artiste performeur Gaspard Delanoë

Édito

Février 2007. À contre-courant de tout ce qui se fait alors dans la presse et dans l’édition, nous décidons de préparer un OENI (objet éditorial non identifié). Il s’en suit dix mois fébriles et aventureux, qui relève
à la fois de la conspiration professionnelle et de la conjuration amicale, le temps de réunir les talents et les énergies du numéro 1 de XXI.
Mars 2011. Naissance de 6Mois, la revue de photojournalisme, fruit de notre expérience et de notre rêve de raconter « le xxie siècle en images ». Des centaines de propositions affluent chaque semaine vers nous. L’appétit pour le journalisme de reportage est intact. Une rédaction se constitue, avec de jeunes journalistes de talent, et Marie-Pierre Subtil prend la tête de 6Mois.

Janvier 2013. Publication du « Manifeste XXI ». Notre profession de foi dans l’avenir de la presse est nourrie par ce colloque singulier que nous entretenons avec vous, au fil des courriers, des rencontres, des débats, des photo-clubs et des portes ouvertes. Publié en anglais, polonais, italien et espagnol, il pose des fondations. Sur cette base, nous commençons à réfléchir à la suite.

Juillet 2016. Les rédactions de XXI et 6Mois imaginent le premier « festival du journalisme vivant », convaincus comme le philosophe japonais Uchida Tatsuru que « ce dont les médias ont besoin, c’est de chair. Pour que les médias reviennent à la vie, ils n’ont pas d’autre choix que de redevenir des êtres vivants ». Vous répondez présent. Vous nous entraînez dans une dynamique vertueuse. Chaque création augmente la précédente : les naissances renforcent ce qui existe et drainent d’autres énergies.

Hiver 2017. Après des mois de réflexions et d’échanges, nous décidons de partir dans une nouvelle aventure, et de lancer un troisième journal indépendant et sans publicité. Un hebdomadaire d’une simplicité révolutionnaire, une joyeuse rupture avec la doxa ambiante. Avec comme objectif de sortie la fin de l’année civile.

Pourquoi un nouveau titre ? Parce qu’en dix ans la société a profondément changé, pendant que la presse court après un modèle économique qui se dérobe et s’offre sans compter aux réseaux d’influences. Sur fond de décomposition politique et de crise des organisations verticales, nous assistons à un réveil citoyen, à la multiplication des initiatives et des entrepreneurs, à une révolution numérique qui permet de tisser des relations directes et créatives. Par ailleurs, des pans entiers de notre pays sont des zones blanches. Des histoires ne sont jamais racontées, des visages et des voix restent dans l’ombre. Nous rêvons d’un journal qui permette de s’informer en confiance, qui soit accessible à tous, même les plus jeunes, les moins éduqués ou les plus modestes. Un journal utile.
Nous avons envie de réinventer la relation avec les lecteurs, de proposer un hebdomadaire profondément différent. Nous n’allons évidemment pas fabriquer un XXI ou un 6Mois toutes les semaines ! Vos revues sont conçues pour le temps long, c’est leur force et leur pertinence. Nous rêvons d’un journal neuf, qui soit entraînant et contagieux, populaire au sens fort du terme.
D’ici un an, la rédaction de XXI et 6Mois ainsi que l’équipe du Festival des rendez-vous de juillet vont donc être enrichies d’une cinquantaine de nouveaux talents. À l’échelle de la presse, c’est énorme. Et formidablement excitant.

Déjà, ce numéro de XXI porte la marque de son nouveau rédacteur en chef, Christophe Boltanski. C’est une continuité d’esprit et de regard, avec une rédaction intacte, tout en étant un nouvel élan pour XXI, dix ans après l’élaboration de nos premières maquettes sur le coin d’une table, dans l’excitation des premiers moments.
Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry

Les auteurs

15,50€

Découvrez nos autres numéros

#50 Printemps 2020

#50 Printemps 2020

16,00 €

#49  Hiver 2020

#49 Hiver 2020

16,00 €

#48 Automne 2019

#48 Automne 2019

16,00 €

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

23,00 €