#44 Automne 2018

Au sommaire

Trois histoires qui font transpirer :
Charlie Buffet a rencontré Élisabeth Revol, la survivante de l’Himalaya.
Nadia Sweeny a enquêté sur le « foot business » : en banlieue parisienne, on fait miroiter à des gosses un avenir en crampons.
Stéfan L’Hermitte a mouillé le maillot. Il s’est lancé dans la plus longue course de France.

Édito

Souâd Belhaddad est collectionneuse d’histoires. Dans une gare, au bistrot, au théâtre, à Angers, Metz ou Tanger, elle écoute les gens déblatérer, ponctue leurs phrases d’un rire qui sent le soleil, et note. Tout. Des bouts de vie se retrouvent consignés dans son carnet, dans sa tête, et à la fin, elle en fait quelque chose, un article, un scénario ou une blague pour sa boulangère.
Elle aime s’attacher aux personnages féminins. Elle dit que c’est son côté «?hammam?»?: il ne faut pas grand-chose, juste un peu d’intimité, pour qu’une femme déshabille son cœur. Pour nous qui préparions Les Rendez-Vous de juillet, le festival des histoires vraies de XXI et 6Mois, il était évident qu’il fallait l’inviter.
Souâd a inondé de son rire le train qui nous menait jusqu’à Autun, en Bourgogne. Elle nous a indiqué?: «?Je ferai ce que je fais d’habitude.?» On n’a pas trop compris, mais on n’a rien dit. On lui a fait confiance.

Le 15 juillet, elle a pris la scène comme on prend la parole. À l’aise. Elle s’est présentée?: «?Je donne des formations sur les femmes et leurs complexes. Je le fais partout dans l’espace méditerranéen, parce qu’on a beau se croire mieux loties ici, on a toutes affaire aux mêmes freins. Ça a l’air ennuyeux?? Attendez, vous allez comprendre.?». Sur l’estrade en bois, elle a fait monter quatre femmes et leur a donné la consigne. Les festivalières devaient, chacune à leur tour, s’avancer vers Souâd, lui serrer la main, donner leur prénom et parler d’elles en commençant par?: «?Je sais très bien faire…?». Elles ont hoché la tête. C’était l’été, les vacances, l’exercice était facile.
La première s’est avancée. Puis elle a reculé. «?Attendez, je réfléchis.
— À quoi??
— À ce que je sais très bien faire.?» Les secondes ont semblé des minutes. Tout à coup, le trac, la scène, et cette satanée canicule… Elle s’est avancée à nouveau. A serré la main, prononcé son prénom. Et rien. Le blanc. Elle a reculé, pivoine. Puis c’est venu, enfin. «?Bonjour, je m’appelle Marine, et je sais très bien dormir.?» L’assemblée a pouffé de rire. «?Merci Marine. Vous savez très bien dormir. C’est déjà ça?! Mais dites-moi, qu’est-ce que vous faites dans la vie??
— Je suis épidémiologiste.?»
Là, les femmes du public avaient plutôt envie de pleurer.
Pourquoi Marine, qui a décroché plusieurs diplômes, exerce un métier considéré comme utile socialement, ne se sent pas capable de dire?: «?Je sais très bien étudier les problèmes de santé dans le monde?», ou «?avoir une compréhension fine de phénomènes complexes?» ou même, «?faire des tableaux Excel?»?? Pourquoi les femmes n’ont-elles pas confiance en elles??

À l’aube d’écrire cet édito, nous nous sentions comme Marine, le sourire bienveillant de Souâd en moins. Nous sommes des enfants de XXI. Nous avons grandi dans ses pages. Notre curiosité s’y est affinée, nos goûts s’y sont affirmés auprès de nos directeur et rédacteurs en chef, Laurent Beccaria, Patrick de Saint-Exupéry et Christophe Boltanski. Trois hommes, -éditeur, grand reporter, journaliste-écrivain, que nous admirons pour leur flair, leur exigence, leur -idéalisme. Alors forcément, à l’idée de leur -succéder, nous sommes intimidées, nous aussi. «?Nous ne savons pas très bien faire.?»
Pour adoucir notre trac, nous nous sommes accordées à dire, l’une et l’autre, que «?nous savons très bien aimer “XXI”?». Nous avons épousé une conception du journalisme, qui était celle des fondateurs. «?Aller voir?» n’a jamais été aussi pertinent qu’aujourd’hui. «?Raconter?» reste un superbe moyen de transmettre. L’héritage nous oblige. Il ne nous enferme pas.
Alors faisons nôtre le mantra de Souâd-Belhaddad?: oser.
Osons le rêve, osons l’utopie, et en cette année anniversaire pour XXI, faisons le pari que cette revue vivra dix ans de plus. Avec vous.

Léna Mauger et Marion Quillard

Les auteurs

Les illustrateurs

15,50€

Découvrez nos autres numéros

#49  Hiver 2020

#49 Hiver 2020

16,00 €

#48 Automne 2019

#48 Automne 2019

16,00 €

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

23,00 €

A4 Viande : Sa dernière heure a-t-elle sonné ?

A4 Viande : Sa dernière heure a-t-elle sonné ?

14,50 €