#48 Automne 2019

Au sommaire

L'affaire Georgiou :
Dominique Perrin rencontre "l'homme à abattre" de la Grèce en crise.

Comment l'Europe fabrique des migrants :
Jérôme Tubiana et Clothilde Warin racontent le périple d'Al-Nour, réfugié malgré lui.

Deux Hommes dans l'arène :
Bastian Berbner s'intéresse aux deux hommes qui ont changé le destin de l'Irlande.

Mais aussi…
Le Japon à Perpétuité : Dans la machine à broyer de la justice nippone. Par Sophia Marchesin.
Uranium Country : Le Canada est un géant atomique. Par Alissa Descotes-Toyosaki.
Le Dragon qui dort : l'histoire d'un prof qui a vrillé. Par Mélanie Déchalotte.
Documentaire : Vertige de la chute. Par Vincent Rimbaux.
Enquête sur la Main Basse sur les Seychelles. Par Erwan Seznec.
Récit graphique : L'avenir à crédit. Par Titwane et Jean-Robert Viallet

Édito

Le reportage, au fond, ce n’est rien d’autre qu’une main tendue. L’histoire d’un humain, autrice ou auteur, qui se penche à l’oreille d’un autre, lectrice ou lecteur, pour lui souffler : « Venez, suivez-moi. J’ai vu quelque chose, je veux le partager avec vous. » Le reportage, c’est une proposition, un dialogue, une danse à deux. Un voyage, le temps d’une lecture. Une pause, aussi, loin des vérités assénées. Ce numéro d’automne plonge dans le chau-dron européen. Plus de soixante ans après la création de la première formation communau-taire, nous avons perdu foi en l’union. Quelles que soient nos convictions politiques, ou notre athéisme en la matière, nous sommes déçus.
La course vers le libéralisme nous a divisés.
La paix n’est plus suffisante, il nous faut davan-tage. La mise à mort est tentante. Nos journaux et nos réseaux sociaux sont saturés d’informa-tions contradictoires, qui soulignent parfois dans la même phrase la surpuissance délétère et la totale inertie d’une Union européenne à la dérive. Dans ce théâtre de l’absurde, on ne sait plus qui joue le jeu de qui. Les journalistes de XXI cultivent une démarche à l’opposé. En racontant à hauteur d’hommes, ils ne jugent pas. « Show, don’t tell », disent les Américains. « Montre, n’affirme pas. » Si vous donnez à voir, de manière humble et juste, le lecteur bâtira sa propre vision du monde, sincère et documentée. Le feuilleton britannique du Brexit occupe une grande partie de notre espace médiatique. À l’origine de ce vaudeville moderne, un peuple miné par la défiance envers les institutions, le sentiment d’être écrasé par les normes, la peur des étrangers. Sous nos yeux se joue l’effondre-ment rocambolesque d’une union. XXI décale le regard. En Grèce, berceau de la citoyenneté, nous avons retrouvé un homme, Andréas Georgiou, dont la vie raconte le tiraillement européen, entre technocratie et populisme. Ex-fonctionnaire du FMI, il s’occupait de statistiques à Athènes. Du jour au lendemain, on en a fait l’ennemi public n°1, le responsable des faillites, des priva-tisations, des hôpitaux bondés, des factures de chauffage impayées. Les peuples en colère ont besoin de bouc émissaires. Plus au sud, en Méditerranée, l’Union joue avec les migrants comme avec des chiffons de papier. Chaque jour, la frontière se fait plus infranchissable. XXI va plus loin. Nous affir-mons : l’Europe collabore. Elle finance de manière indirecte des milices en Libye qui tiennent des camps de migrants où la torture est la règle. Les hommes s’arrachent à l’enfer, traversent la mer, et le serpent se mord la queue, voilà l’Europe qui s’écharpe pour les accueil-lir. Un Soudanais, Al-Nour, a décidé de mettre les États devant leurs responsabilités. Lui ne voulait pas rejoindre l’Italie, demander l’asile à Paris. Il cherchait à fuir le Darfour. Mais d’étape en étape, victime d’une politique migratoire absurde et inhumaine, il a été forcé d’avancer vers le nord. Al-Nour, migrant malgré lui, porte plainte contre l’Union européenne pour crimes contre l’humanité. Qui alors pour prendre des décisions, incarner l’intérêt général, voter les lois utiles à tous ? La France s’est essayée au grand débat national. Sans enthousiasme. Les dés étaient pipés. XXI vous emmène en Irlande. Là, une expérience inédite a mené plusieurs dizaines de citoyens au cœur de l’arène politique pour com-prendre, penser et débattre deux des plus impor-tantes réformes menées par le pays ces dernières années : la légalisation du mariage pour tous et de l’avortement. Dans un étrange jeu de miroirs, deux hommes que tout oppose ont partagé un secret. Et levé celui de la démocratie. Comme l’écrit Laurent Gaudé, dans un long poème dont nous publions ici un chapitre : « L’Europe n’aura de sens que si elle prend soin de ceux qui s’usent. »

Léna Mauger et Marion Quillard

Les auteurs

Les illustrateurs

16,00€

Découvrez nos autres numéros

#50 Printemps 2020

#50 Printemps 2020

16,00 €

#49  Hiver 2020

#49 Hiver 2020

16,00 €

#48 Automne 2019

#48 Automne 2019

16,00 €

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

Hors-série XXI - Grands reportages en bande dessinée

23,00 €