Senini Salima

Née au sein d’une grande fratrie, je grandis dans une cité et passe mes vacances d’été en Algérie. Ma mère m’emmène partout où elle va. Sage comme une image, je m’installe dans un coin et m’alimente de la conversation des adultes. Je n’ai qu’à observer : un nouveau monde s’offre à moi. Eduquée pour devenir une maîtresse de maison accomplie, je choisis de lire Moravia et d’écouter Brassens. De Tlemcen au Val-Fourré, des histoires de famille à celles du quartier, j’écris. Cela me permet de mieux comprendre la double culture que je vis. Je décide de m’éloigner de la banlieue, de la famille. Je m’installe définitivement à Paris, où j’entame mon parcours de travailleuse sociale. Aujourd’hui, j’observe encore et porte mon regard partout où je vais. Tel un outil précieux, il me permet de m’ouvrir à la réalité du comportement humain. Il me permet surtout de m’ouvrir à moi-même et de ne pas être « celle » du regard des autres… la jeune femme issue de l’immigration.

#15 Été 2011

#15 Été 2011

15,50 €