Lestrohan Patrice

Quatre ans au Nouvel Obs, cinq au Quotidien de Paris, cinq encore à L’Evénement du jeudi, puis dix-neuf au Canard enchaîné, sans préjudice de piges dans de nombreux titres écrits ou audiovisuels et d’un passage à Stratégies : Patrice Lestrohan a peu d’appétence pour cet « ennui » qui « naît », comme on sait, de trop d’« uniformité ». Au fil des années, beaucoup par goût, un peu par hasard, il s’est spécialisé dans le portrait. De politiques, de pontes de l’économie, d’auteurs à l’occasion. Cette inclination a suscité deux ouvrages : L’Edgar, biographie d’Edgar Faure (Le Cherche-midi, 2007) et Le Dernier Aragon, celui de l’après-Elsa et de la métamorphose en indigne dandy (Riveneuve éditions, 2010). Il publie dans le n°21 un portrait de Michel Lucas, le patron du Crédit Mutuel. Un ancien de la banque lui avait confié : « Bien sûr, Michel Lucas passe surtout pour un ours mal léché. Mais en vérité, chez mes anciens collègues, personne ne le connaît vraiment. Il fuit comme la peste micros et caméras. Vous avez – presque – tout à découvrir. » Pour XXI, « Dralucas » a délaissé le registre de la gueulante-minute pour donner dans le numéro de séduction. Il s’est révélé intarissable : cinq heures de souvenirs, d’anecdotes politico-économiques, de vacheries encore et toujours.

#21 Hiver 2013

#21 Hiver 2013

15,50 €

#16 Automne 2011

#16 Automne 2011

15,50 €

#18 Printemps 2012

#18 Printemps 2012

15,50 €