Montanari Agnès

Juriste de formation, j’ai commencé à photographier il y a une dizaine d’années. Ma vie itinérante m’obligeait, à chaque déménagement, à changer de métier : enseignante, éditrice, attachée commerciale… La photographie m’a fourni le fil rouge qui me manquait et m’a aussi offert la possibilité de « raconter » ce que je vivais. Photographier est avant tout une excellente excuse pour rencontrer les gens. Pendant mes trois mois et demi au Yémen, j’ai eu, avec les femmes, voilées ou non, de nombreux fous rires.

#18 Printemps 2012

#18 Printemps 2012

15,50 €