Lavergne Renaud

Dans ma famille, on penche au Sud, mes aimants sont contraires : le Nord, ou l’Est, le vrai. J’ai tendance à fréquenter les chemins de traverse, voire de travers, plutôt que les sentiers battus. Après avoir arpenté l’Ukraine pour y couvrir des matchs de foot pour l’AFP, depuis Berlin ou Marseille, mes derniers ports d’attache, j’y suis retourné avec une indicible attirance – littéraire, historique, géographique – pour la Galicie, région pauvre qui fut un temps riche de tout.

#20 Automne 2012

#20 Automne 2012